Accueil > Villages > Saint-André de Majencoules

Saint-André de Majencoules, la championne de l'oignon doux des Cévennes

St-André de Majencoules dans la Communauté de communes de l'Aigoual

 

Population : 556 habitants

Superficie : 21,79 km²

Altitude : 180 m (mini) – 900 m (maxi)

Les habitants de la commune de
Saint André de Majencoules sont des Andrémajencoulois(es)

CONTACT MAIRIE

Mairie de Saint André de Majencoules
30570 SAINT ANDRÉ DE MAJENCOULES

tél. 04 67 82 40 33
fax 04 67 82 52 90

courriel :

Maire : Christiane d'Arnal

OUVERTURE AU PUBLIC

lundi, mardi, jeudi et vendredi :
de 10h à 15h

mairie de Saint André de Majencoules

Mairie de Saint-André de Majencoules

VOUS TROUVEREZ AUSSI

  • Agence postale : ouvert lundi et mardi matin, de 9h à 12h ; jeudi et vendredi après-midi, de 13h30 à 16h50
  • garage auto (Pont d'Hérault)
  • boulangerie - pâtisserie (Peyregrosse)
  • dépôt de pain (Pont d'Hérault)
  • infirmier
  • taxi
  • piscine municipale
  • agence immobilière (Pont d'Hérault)
  • meublés ou gîtes ruraux
  • un camping
  • café, hôtel-restaurant

 

 

Balades autour de Saint-André de Majencoules :

  • le sentier du col du devinayre : ancienne filature, mûriers, la croix des Portalès, four à pain, menhir couché, châtaigneraie rénovée...
  • le sentier des rouquis : pays du granite, châtaigneraie, La Rouviérette, belles vues depuis la crête, les villages...

Présentation générale des sentiers de randonnée

Repérer sur la carte le petit patrimoine local

Saint André de Majencoules

La commune de Saint-André de Majencoules, de par sa situation, occupe une place privilégiée : en moyenne montagne, dans la zone périphérique du Parc national des Cévennes, à trente kilomètres du Mont Aigoual, et à soixante kilomètres de Montpellier. Elle se trouve donc à trente minutes de la station de ski de Prat Peyrot et à une heure de la mer et des plages.

En arrivant au-dessus du village, on remarque qu'il est construit sur une avancée rocheuse et au-dessus de la rivière : position stratégique permettant de surveiller la vallée mais aussi de pouvoir utiliser l'eau pour les cultures. De magnifiques terrasses sont bâties au bord de la rivière canalisée par des murs. Plus bas, des maisons sont bâties au-dessus de la rivière.

ancienne filature à St andré de majencoules

Un peu d'histoire...

Saint André de Majencoules

Saint André de Majencoules

Le manoir Saint-Louis, dont les parties les plus anciennes remontent au XIIIe siècle, a été reconstuit par Messire d'Assas de Champfort et sérieusement remanié à la veille de la Révolution par Messire Guichard de la Lignière. Il devint plus tard la propriété de Delpuech de Lomède. Il appartient depuis 1985 à la Commune et sert de salle polyvalente. Vous y trouverez un magnifique parc ombragé propice à la promenade ainsi qu'une piscine qui fonctionne l'été.

Hormis le village lui-même, la commune regroupe plusieurs autres villages, hameaux et lieux-dits, dont Peyregrosse, Le Villaret, La Rouviérette, La Coste, Pont-d'Hérault, Le Rey...

Au hameau du Rey, un autre château remonte lui aussi au XIIIe siècle. Incendié lors de la Révolution, il aurait été restauré (et profondément remanié) par Eugène Viollet-le-Duc, en 1848. Il abrite un hôtel-restaurant depuis 1967.

Comme toutes les communes des Cévennes, Saint-André de Majencoules a subi de fortes baisses de population avec le déclin agricole. Elle comptait, en 1913, trois fois plus d'habitants.


châteaux à Saint André de Majencoules

Château Mairie de Saint André de Majencoules & Château du Rey


Curiosités

La croix des Portalès

Au hameau des Portalès (itinéraire du col du devinayre), une croix monolithique de deux mètres de haut est implantée en bordure du chemin ; elle date de 1777 comme l'atteste cette date gravée à même la pierre. Au cours de cette randonnée, vous remarquerez le four à pain de la Peyre qui appartenait au quartier ; sa voûte en ogive laisse penser qu'il serait du XVIIe siècle.

terrasses à oignons doux des Cévennes

culture de l'oignon doux des Cévennes

L'oignon doux des Cévennes

Aux abords du village, on remarquera les terrasses entretenues où sont cultivés des oignons doux.

L'oignon doux des Cévennes (aujourd'hui AOC), fut implanté au début du XIXe siècle pour l'auto-consommation ; sa culture s'est surtout développée à partir de 1950 lorsque s'arrête la production de soie et que les mûriers sont arrachés. La création de la coopérative L'oignon doux des Cévennes qui regroupe les producteurs a permis l'extension de cette culture. Des aides ont été obtenues pour remonter les murs éboulés des traversiers et une politique de communication a été mise en oeuvre afin de mieux commercialiser l'oignon doux. On l'appelle aussi la raïolette (en pays raïol, les sujets étaient attachés à la religion du roi).