Accueil > Villages > Notre-Dame de la Rouvière

Notre-Dame de la Rouvière, par monts et par vaux

Notre Dame de la Rouvière dans la Communauté de communes de l'Aigoual

 

Population : 462 habitants

Superficie : 16,49 km²

Altitude : 273 m (mini) – 1 165 m (maxi)

Les habitants de la commune de
Notre Dame de la Rouvière sont des Rouviérois(es)

CONTACT MAIRIE

Mairie de Notre Dame de la Rouvière
30570 NOTRE DAME DE LA ROUVIÈRE

tél. 04 67 82 40 73

fax 04 67 82 76 75

courriel :

Maire : Jérôme Fesquet

OUVERTURE AU PUBLIC

lundi & mardi : de 13h30 à 17h

jeudi & vendredi : de 9h à 12h

le 1er samedi du mois : de 9h à 11h

mairie de Notre Dame de la Rouvière

Mairie de Notre Dame de la Rouvière

VOUS TROUVEREZ AUSSI

  • Agence postale : ouvert lundi et mardi après-midi, de 13h30 à 15h45 ; jeudi et vendredi matin, de 9h à 12h
  • café
  • épicerie
  • boulangerie - pâtisserie
  • un centre médical pour les maladies respiratoires
  • des meublés & gîtes ruraux labellisés
  • un gîte d'étape équestre
  • une chambre d'hôtes

Site : http://www.notredamedelarouviere.fr/

 

 

Balade autour de Notre-Dame de la Rouvière :

  • le sentier de la grande draille : hameau du Puech Sigal, landes, chêne blanc, hauts pâturages, col de l'Homme mort, Bonperier, panoramas depuis les crêtes, village d'Ardaillers...

Présentation générale des sentiers de randonnée

Repérer sur la carte le petit patrimoine local

 

armoiries de Notre Dame de la Rouvière

D'or, à trois
chênes,
de sinople,
poses deux
sur un

Située sur les contrefort immédiats de la montagne granitique du Mont Liron, la commune de Notre Dame de la Rouvière est un village typique des Cévennes méridionales, regroupé d'abord autour de l'église du lieu. Ses calades séculaires dévalent la pente vers la riante vallée de la Valniérette ou s'élancent à l'assaut de la montagne et de ses traversiers.

La commune bénéficie d'une exposition particulièrement privilégiée et offre aux amoureux des grands espaces bon nombre de sites pittoresques et de panoramas exceptionnels.

Un peu d'histoire...

Notre Dame de la Rouvière a sans doute connu une colonisation permanente plutôt tardive, mais dès le néolithique, les Celtes ont mené une vie bucolique dans les vallées ensoleillées de Valnière ou du Reynus.

Notre Dame de la Rouvière

Notre Dame de la Rouvière

Quelques vestiges de ces temps fort lointains :

la draille de l'Asclier, empruntée par les pasteurs éleveurs depuis le néolithique, et toujours entretenue,

le menhir du col du Bès : ce mégalithe est érigé à la croisée des chemins de Saint-Martial, la Tribale, le col de l'Asclier et le Mont Liron.


Hier et aujourd'hui

Il faut attendre le début du XIIIe siècle pour trouver trace d'une communauté humaine à Notre Dame de la Rouvière. Un hameau se constitue peu à peu, le Puech-Sigal. Puis ce sera le tour du chef-lieu communal dont le toponyme évolue au cours des siècles : Rovéria, Sainte Marie de la Rouvière, et enfin en 1583, Notre Dame de la Rouvière ; temporairement renommé La Rouvière, au moment de la Révolution.

vierge à Notre Dame de la Rouvière

Statue de la vierge et église
à Notre Dame de la Rouvière

Une chapelle a été édifiée à proximité de quelques habitations déjà implantées. Puis un véritable village se pressera peu à peu autour de cette humble église dédiée à la vierge. L'édifice connaîtra plusieurs agrandissements successifs. L'intérieur, qui vient d'être entièrement restauré, est typique du XIX siècle.

La famille de Saint-Étienne possèdera très tôt la vallée de Valnière, puis le Puech Sigal et plus tard, La Rouvière dépendra elle aussi de la seigneurie de Saint-Martial.

Au cours des siècles, les Rouviérois – comme les autres habitants de la "terre blanche" : Saint-André de Majencoules et Saint-Martial – resteront fidèles au catholicisme.

Mas Corbières à Notre Dame de la Rouvière

Mas Corbières

 

Après la Révolution et l'Empire, la région connaît une période de prospérité grâce à la sériciculture. La filature Noualhac, au Mazel, emploiera jusqu'à 120 fileuses, en des temps où la commune comptait jusqu'à 1 200 habitants.

Le phénomène de dépopulation qu'a connu le 20e siècle semble vouloir se ralentir de nos jours, et la commune reste bien vivante grâce aux activités agropastorales, à la présence d'un centre médical, mais aussi du tourisme, manne des temps modernes, qui dynamise le commerce et l'artisanat.

Curiosités

Ancienne filature du Mazel

musée international du facteur

l'ancienne filature du Mazel

Le Mazel est emblématique de l'industrie de la soie, l'état de conservation du moulinage est exemplaire et unique en piémont cévenol. C'est le plus beau bâtiment du territoire au sein d'un cadre paysager exceptionnel. Entièrement rénové dans les années 90, dans le cadre de la relance de la sériciculture et de la filature de soie dans les Cévennes (projet Eurochrysalide), le bâtiment, géré par la Communauté de Communes de l'Aigoual, cherche aujourd'hui une réutilisation, et accueille des activités polyvalentes.

Les vallées

Les ruisseaux du Reynus, de la Valniérette et de l'Aureluc ont creusé sur le territoire communal de paisibles petites vallées où se développent depuis des temps fort lointains des activités agricoles et pastorales.

Sur les traversiers baignés de soleil qui ceinturent mas et hameaux, s'étend la fameuse culture de "l'oignon doux", mais sur ces terrasses traditionnelles, on pratique toujours l'élevage ovin.

Notre Dame de la Rouvière

Notre Dame de la Rouvière

Le Puech Sigal

Ce hameau médiéval, qui a sans doute connu la première implantation humaine de la commune, est un véritable belvédère. Sur ses traversiers ensoleillés, ici, jadis, on cultivait le seigle. Antiques maisons aux cheminées traditionnelles, calades séculaires, aires de battage à découvrir au détour du sentier, tout ici, incite à faire halte sur le GR 6 qui contourne le hameau avant de s'élancer vers le col de l'Homme mort.

Les randonnées

Etape sur le GR 6 C, qui rejoint la grande draille collectrice de l'Asclier, Notre Dame de la Rouvière est au coeur de tout un réseau de grandes et moyennes randonnées. Sentiers et drailles sillonnent la commune qui n'est qu'à une journée à pied du sommet du Mont Aigoual.

Mais libre à vous de choisir le VTT ou les ânes bâtés pour découvrir le col de l'Asclier, Bonperrier, ou vous hasarder vers Saint-Martial ou Ardaillers...

le Centre médical La RouvièreLe Centre médical La Rouvière

Centre médical La Rouvière

le Centre médical La Rouvière

Géré par une fondation, le centre médical La Rouvière est un établissement de soins de suite et de réadaptation, composé de deux unités : un secteur de pneumologie de 30 lits, un secteur d'alcoologie de 26 lits.

A l'origine, en 1947 et jusqu'en 1981, il accueillait uniquement des patients de sexe masculin atteints de tuberculose. De 1981 à 1983, une restructuration des bâtiments est menée à bien dans le cadre de travaux d'humanisation des hôpitaux. La mixité est instaurée dans des locaux modernisés où tous les types d'affections respiratoires sont pris en charge.

En 1992 et en 1995, nouvelIe étape : ce centre, spécialisé en pneumologie, prend l'initiative de reconvertir 26 lits pour l'accueil de patients en post-cure alcoolique. Ces deux unités de soins spécialisées fonctionnent en permanence avec une équipe de médecins pneumologues et alcoologues, infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeute, psychologues, diététicienne, assistante sociale, et un plateau technique approprié : exploration fonctionnelle respiratoire, radiologie, oxygénothérapie en poste fixe et déambulation, assistance ventilatoire.

Le centre médical La Rouvière, employant 45 personnes, représente un dispositif très important pour l'économie du canton de Valleraugue. De par sa médicalisation et sa spécificité, iI est reconnu et bien positionné dans le réseau de soins de la région Languedoc-Roussillon.